Droit de rectification

Chères Valsonnaises, chers Valsonnais,

Comme moi, vous avez reçu dans votre boite aux lettres un courrier de la municipalité « convocation des électeurs » au sujet de la consultation du 10 février.

A la lecture de celui-ci, il n’aura échappé à personne que la commune laisse entendre que les Valsonnais(es) pourront exprimer leurs avis à l’initiative des élus. Il s’agit d’un odieux mensonge, d’une vilaine manipulation, d’un dénie de la vérité.

Personne dans le village, ni dans le canton n’est dupe. Depuis bientôt un an, un nombre important de villageois se sont mobilisés pour « enrayer » le processus de modification du POS au moyen de pétitions, de manifestations. Durant l’été 2012, les bénévoles du cdccv ont réalisés une pétition afin de recueillir suffisamment de signatures afin d’obtenir des élus la réalisation d’un référendum ou d’une consultation populaire. Nous rappelons que cette disposition est prévue dans le code des collectivités territoriales. Cette pétition a été remise en mairie courant août 2012.

Malgré la remise de cette pétition, il aura fallu les interventions éloquentes de Marc Tamain et Patrick Bourrassaut (tous 2 fortement opposés au projet de carrière) pour décider les membres du conseil municipal à autoriser la réalisation de la consultation populaire du 10 février. Notons tout de même que le Conseil Municipal à choisi volontairement de placer le seuil de « recevabilité » du résultat à 65 % de participation, seuil particulièrement élevé pour ne pas dire impossible à atteindre. Notons également que la municipalité a choisie de faire réaliser une consultation plutôt qu’un référendum, car le résultat d’un référendum à « force de décision » quelque soit le niveau de participation.

En poursuivant la lecture du « courrier officiel » de la mairie, certain éléments sont en contradiction. Ainsi, il est fait mention de l’enquête publique et du rapport du commissaire enquêteur et quelques paragraphes plus bas il est dit que les effets ont été étudiés (sécurité publique et circulation des véhicules). Quel toupet !

En effet, le rapport du commissaire enquêteur contient des réserves dont nous rappelons ci-dessous la teneur.

Qu’en est-il des réserves émises par M. Vial, commissaire enquêteur ?

C’est très probablement pour ces raisons que c’est tenue une réunion en sous-préfecture le 25 octobre.

Toujours à la lecture du document municipal, nous apprenons que Eiffage étudiera la possibilité de construire un convoyeur allant de la carrière jusqu’à la RD 313. Quelle bonne idée ! Rappelons que réaliser une étude n’engage en rien, et que compte tenu du coût très élevé d’une telle infrastructure, il est plus qu’improbable que le convoyeur voit le jour.

Il est également écrit que la commune bénéficiera d’une rétrocession partielle du terrain (3,5 ha). C’est un cadeau empoisonné car une fois l’extraction terminée, se terrain ne pourra rien accueillir ou presque, mais par contre restera à la charge de la commune la taxe foncière et les frais d’entretien, les finances du village n’ont franchement pas besoin de cela.

Enfin nous tenons à manifester notre immense colère contre GMRT/Eiffage qui a toujours refusé de communiquer directement avec le cdccv, malgré plusieurs sollicitations. Ceux-ci préfèrent « traiter » avec les élus, plus dociles …..

Sans la présence régulière des membres du cdccv aux réunions du conseil municipal, et sans la remonté d’informations des élus opposés à la carrière, nous aurions été tenus à l’écart des débats, comme si il n’y avait pas d’opposition au projet dans le village.

Est cela la démocratie ? Est cela le respect des habitants? Devons-nous dire « amen » à tout ? De même pour les personnes propriétaires d’une maison à Valsonne mais inscrite sur les listes électorales d’autres communes, n’ont-elles pas le droit au chapitre, sont-ce des « sous résidents » ? Là on touche vraiment le fond …..

Comme nous l’avons de cesse de le répéter, toutes les nuisances ont été minimisées dans la communication « officielle » de GMRT/Eiffage, ainsi que dans celle de la commune.Si le projet passe, il sera trop tard pour les regrets. Face au doute, abstiens-toi.

Le seul point d’accord du cdccv avec le « papier » de la commune porte sur la nécessité de se rendre dans l’isoloir dimanche 10 février 2013. Que les personnes qui n’ont pas d’avis sur le sujet fassent un vote « blanc » car ne pas voter va faire le jeu des « pro carrière » qui souhaitent de toute évidence que la participation n’atteigne pas les 65 %.

Vous pouvez également donner une procuration de vote, dans les conditions indiquées par la mairie.

Rappelons encore une fois que l’enjeu porte sur notre sécurité, notre qualité de vie, notre patrimoine foncier. Nous ne devons rien à GMRT/Eiffage, ce groupe n’est pas une entreprise de charité, ils prennent mais ne donnent rien. Cette société n’est rien d’autre qu’un fournisseur de notre commune (et de beaucoup d’autres), nous les « engraissons » depuis des décennies (sous différents noms). N’ayons pas peur de leur dire NON.

Merci à tous pour votre soutien.

Christian Péla – président du cdccv

Publicités

A propos cdccv

Résidents de Valsonne opposés à la modification du POS et à la réouverture de la carrière de Bédina à Valsonne
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Droit de rectification

  1. René BURNICHON dit :

    Toutes les nuisances sont à prendre en compte, mais je veux juste revenir sur celle qui, pour moi, est la plus importante: le trafic routier induit par l’exploitation de cette carrière. Pour l’éviter totalement dans la traversée du village, il n’y aurait qu’une solution: une déviation avec un accès de la carrière sur celle-ci. Pour cela il faudrait une volonté politique, un projet et un financement. Aujourd’hui, aucune de ces trois conditions n’existe et cela ne pourrait être une réalité que dans de très nombreuses décennies,il n’y a qu’à voir le « serpent de mer » des projets de déviations de l’Arbresle et Lozanne, par exemple. C’est donc une solution impensable pour les Valsonnais(es).

    Pour le convoyeur, GMRT/Eiffage ne s’engage que pour une étude, s’il voulait le faire réellement, il en prévoirait la réalisation avant l’exploitation. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient… De plus ce dernier entrainerait un transfert de nuisances sur le Perrussel et les camions en direction d’Amplepuis traverseraient toujours le village, l’exploitant ne va pas trier ses clients en fonction de leur localisation.

    On voit bien que, finalement, le transit se fera intégralement par le village sur les RD82 et 313. Tout le monde sait qu’il y a trois points de blocage sur cette dernière, source de nuisances supplémentaires pour les riverains: devant l’Auberge, dans le virage de l’ancienne boulangerie « Gouttenoire » et entre les carrefours des routes de Dième et de Tarare. Je ne vois aucune solution sérieuse d’aménagement et, d’ailleurs, personne ne nous en propose.

    Les premiers touchés par cette circulation supplémentaire seront les propriétaires de biens locatifs situés à proximité de ces routes, qui verront leurs locataires fuirent et on assistera, impuissant alors, à des baisses importantes des loyers, ensuite ce sera au tour de l’ensemble des propriétaires qui verront chuter la valeur de leurs biens immobiliers. Pas du jour au lendemain mais lentement, cette gangrène gagnera l’ensemble du village avec des variations plus ou moins fortes suivant les situations. Ce qui entrainera, également, des conséquences financières pour la commune. Il ne faut pas oublier que seul le cadre de vie peut attirer à Valsonne de nouveaux habitants, car il y a peu d’emplois sur place et il faut un véhicule pour se rendre au travail ou à une gare proche. Des panneaux « Village d’accueil » ne parviendront pas, à eux seuls, à inverser la tendance.

    L’augmentation du trafic des poids lourds induite par la réouverture de la carrière, si elle était autorisée par nos élus, serait en totale incohérence avec le début de réalisation du projet « Redynamisation du centre village », qui se trouve justement en bordure de la RD313. C’est un non sens qui peut avoir de lourdes conséquences financières et en matière de sécurité.

    Les Valsonnais(es), ne pouvant compter que sur eux-mêmes, n’ont qu’une solution pour éviter ce gâchis: c’est de voter en nombre(ou de donner un pouvoir en Mairie), ce dimanche 10 février, de voter « NON », c’est la seule possibilité, il n’y aura pas de séance de rattrapage…

  2. CSV dit :

    Pour ceux qui auraient encore un doute, voici le lien concernant les demandes de renouvellements et d’extensions des carrières du rhône . C’est comme une araignée, une fois qu’ils ont mis le nez dedans , ils tissent leur toile et pas grand chose ne peut les arréter. Alors les 30 ans réduits à 5 ans, on imagine ce que cela donnera .
    voyez le cas de Lamure , 53 hectares d’exploitation, la demande de renouvellement est faite avec une demande d’extension de la même surface soit plus de 100 hectares.

    ce site vous permettra également de consulter les demandes d’exploitation de carrières sur le rhône , C’est le site du gouvernement , donc en principe les informations sont fiables.
    http://www.rhone.gouv.fr/web/860-conclusions-du-commissaire-enqueteur.php

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s