Espace Membres

Cher(e)s ami(e)s

Ce soir nous pouvons être fiers et satisfaits du travail accompli et du résultat obtenu.

Cette victoire est le fruit de votre implication, de notre implication.

Restons comme nous avons été depuis le début: respectueux, objectifs et abordables car la vie va continuer, sans carrière logiquement, pour le plus grand bien-être de tous.

Ce soir nous célébrons la victoire du bon sens, et seulement du bon sens.

Merci à tous.

Christian Péla

le 10 février 2013

Publicités

5 commentaires pour Espace Membres

  1. FCC dit :

    QUI EST POUR l’exploitation de la carrière ?

    Au fil des semaines, discutant avec de nombreux valsonnais, je me suis posé
    une question :

    QUI EST POUR la réouverture de la carrière ?

    Certains me disent qu’ils espèrent vaguement des emplois sur le site, d’autres
    qu’ils espèrent travailler pour le grand groupe en local.. Donc quelques
    espoirs personnels, mais rares, liés à l’économie.

    Et pour le reste ?

    OU SE CACHENT LES PARTISANS ?

    Nombreux sont venus s’installer à Valsonne ces 15 dernières années, afin d’y
    trouver tranquillité et bien vivre, d’élever leurs enfants dans un cadre
    rural. Les gens du pays y sont restés, puisqu’il fait bon y vivre.

    La plus part ont investit dans la commune afin d’assurer l’avenir de leur
    famille : construction, achat rénovation de maisons . un patrimoine pour l’avenir.

    Combien, lors de leur installation, ont rêvé que le groupe Eiffage viennent
    exploiter une carrière face à leur maison ?

    Combien ont rêvé d’une augmentation du trafic des camions de chantier au
    sein de leur commune ?

    Combien ont rêvé de se mettre en danger sur des routes non adaptées à cette
    nouvelle circulation ?

    Combien ont rêvé de subir les nuisances sonores, poussières et autres sur
    leur lieu de vie ?

    Combien ont rêvé de craindre pour la stabilité de leur maison, de gâcher
    tout ce qu’ils ont investit en temps et en finances afin q’un groupe côté en
    bourse, et ses actionnaires en tire des bénéfices ?

    Combien ont rêvé de voir leur patrimoine risquer de perdre de la valeur
    alors qu’un groupe financier s’enrichit face à lui ?

    Qui aurait choisi d’investir à Valsonne s’il avait connu ce projet ?

    Quel Valsonnais à ce jour QUI A EXPRIME le souhait de voir l’ancienne
    carrière exploitée ?

    Non, LES VALSONNAIS N’ONT RIEN DEMANDE, c’est le groupe Eiffage qui est
    DEMANDEUR . ne l’oublions pas !!!!

    • scc dit :

      Bonjour,
      je suis pour la réouverture.
      Vous voulez fermer toutes les carrières déjà existantes,(celle -ci est fermée depuis 10 ans environs) luttez- donc plutôt contre les nouvelles qui sont en projet.Vous avancez la protection de l’environnement mais si vous réfléchissez davantagei se sera bien pire.Si la carrière s’ouvre les matériaux seront plus proches pour la région donc moins de transport (- de pollution), moins chers pour les entreprises et les particuliers (avec la crise ce n’est pas négligeable), de plus vous supprimez des emplois car vous parlez aussi de la carrière de Saint -Victor, avec le taux de chômage, 10 emplois c’est 10 emplois.Quand vous parlez du grand-duc et du pic-vert, ce ne sont pas des animaux qui vivent spécifiquement dans les carrières, ils trouveront un autre habitat proche du leur, ça se fera « tout naturellement », lls s’adaptent eux! A trop vouloir « sauver » ce qui n’est pas vraiment en danger vous détruisez autre chose.

  2. cdccv dit :

    Soucieux d’un débat démocratique, le cdccv met en ligne votre commentaire.
    Cependant, contrairement à ce que vous dites, nous ne sommes pas pour la fermeture de toutes les carrières (si vous aviez parcouru le blog vous l’auriez constaté) mais celle-ci est beaucoup trop proche du bourg et va forcement générer beaucoup de nuisances (voir dans le blog et les articles de presses).
    La politique de GMRT/Eiffage consiste à capitaliser des carrières dans le cadre de leur politique de dominance sur le marché des granulats et des travaux publics.
    Concernant votre allégation de supprimer des emplois, celle-ci est sans objet puisque ni le CDCCV ni le collectif « Sauvons Valsonne » n’ont fait d’allusion à cette contre vérité.
    Enfin, nous aurions apprécié de connaitre votre nom, puisque vous n’avez pas signé votre « post » autrement que par des initiales SCC.
    Nous aurions également aimé savoir si vous résidez à Valsonne et, si oui, serez-vous exposé directement aux nuisances si la carrière réouvre. Pensez un instant aux riverains de la RD 313, aux habitants du Pérrussel, aux asthmatiques, aux piétons empruntant les trottoirs (scolaires, personnes âgées).
    Le bureau du CDCCV.

  3. René Burnichon dit :

    Réponse à SCC
    Qui que vous soyez, où que vous habitiez, vous avez tout à fait le droit d’être pour la réouverture de la carrière et je respecte votre opinion.
    Mais par contre face aux arguments que vous développez, je ne peux rester sans réagir.
    Comme vous l’écrivez, la carrière est fermée depuis environ 10ans et l’on veut nous en ouvrir une dans la continuité de celle-ci. Les Valsonnais ne veulent pas la fermeture des carrières existantes, mais s’opposent au projet d’ouverture d’une nouvelle carrière, industrielle, dans la continuité de l’ancienne, ce qui lui permettrait d’entrer dans le schéma départemental des carrières du Rhône. Valsonne n’a pas vocation à être la poubelle du département pour permettre la fermeture des carrières de l’ouest Lyonnais alors que les Valsonnais n’ont rien demandé.
    Le Val Soanan n’a pas de grosses entreprises utilisatrices de ces matériaux et donc les habitants supporteront une forte circulation, donc forte pollution, pour d’autres régions. De plus, GMRT possède des sites à Magny, St Jean La Bussière et St Marcel l’éclairé, tous à moins de 20 Km, Eiffage avec 120 carrières et 20 millions de tonnes de production annuelle n’a pas un besoin impératif de celle de Valsonne et le Département du Rhône ne manque pas de carrières.
    Sur le dossier présenté en Mairie, le futur exploitant potentiel mentionne 2 à 3 emplois sans préciser si ce sera des créations ou simplement des mutations internes au groupe. (Ce n’est pas 10 emplois supprimés comme vous l’écrivez)
    Enfin le Grand Duc est une espèce protégée, donc il y application de la loi, ce qui arrange, d’ailleurs, l’éventuel futur exploitant, qui se dispense, ainsi, de paysager l’ancien front de taille.
    Quand vous parler du Grand Duc, je n’apprécie pas votre « ils s’adaptent eux! », ce qui sous entend que les Valsonnais n’ont qu’à en faire autant. Je suppose que vous n’habitez pas le long des RD 313 et 82 ou à proximité de la Carrière, que vous n’utilisez pas à pied et à certaines heures la RD 313 et que si vous avez des enfants qui utilisent les transports scolaires, ils n’empruntent pas les RD 313 et 82, car vous auriez un autre regard sur la sécurité des Valsonnais.
    Pour cette sécurité, je vous renverrai au rapport du Commissaire Enquêteur et à ses réserves 1 et 2 (Déviation RD 313 et Mise en sécurité des RD 313 et 82) qui conditionnent son avis favorables.En plus du cout énorme pour les collectivité, je ne vois pas comment on pourrait élargir les trottoirs, créer des chicanes et des cheminements doux, peut-être en rasant les maisons d’un côté de la RD 313!!!
    Pour finir ce rapport est clair, le Commissaire Enquêteur mentionne une première fois que « cette réouverture n’a pas pour premier objectif l’augmentation du revenu de la Commune de Valsonne » et une seconde fois, que « pour la seule Commune de Valsonne cette réouverture de carrière ne présenterait pas une nécessité ».
    Je trouve tout à fait naturel que les Valsonnais cherchent à améliorer le futur et de préserver leurs conditions et cadres de vie ainsi que ceux des générations à venir, l’ouverture de la carrière ne va pas dans ce sens et après, comme on ne refait pas le passé, il sera trop tard, surtout que je n’ai vu nulle part qu’il n’y aurait pas de nouvelle demande d’exploitation tous les 30 ans…

  4. rené Burnichon dit :

    Personnellement, lors de la réunion d’information du 22/06/2012, je n’ai pas entendu d’arguments probants en faveur de la réouverture de la Carrière de Bédina.

    – Sachant que l’ouverture de cette carrière, surtout du fait de sa position par rapport au village,
    est un dossier très difficile, Mr Charrié-Thollot, représentant Eiffage, en bon professionnel, est resté sur des généralités de façon à ne pas faire peur aux Valsonnais, son but étant, dans un premier temps, d’obtenir la modification du POS.
    Il nous a assuré que tout serait fait pour éviter les nuisances, mais sans jamais nous dire ce qui sera effectivement fait. Donc pas de réponses précises sur les tirs de mines, le décrottage des camions et le nettoyage des chaussées, la récupération des eaux de ruissellement, la poussière etc…Ce qui nous a été présenté était un condensé du dossier déposé en Mairie pour l’enquête d’utilité publique pour la modification du POS, le dossier technique pour l’ouverture de la carrière viendra après et après il sera, malheureusement, trop tard pour faire marche arrière.

    – On a vu de belles photos de synthèse avec de belles palettes de vert pour le réaménagement mais en 2D, donc on ne voit pas le relief et rien sur la carrière en exploitation. Il faut savoir que, et cela a été confirmé par Mr Charrié-Thollot, le carreau de la carrière sera au niveau de celui de l’ancienne carrière à 540m d’altitude, au bout de la future carrière la route est à 580m, donc le carreau sera 40m en dessous du niveau de la route (L’église de Valsonne fait 32m de hauteur, même le coq ne dépasserait pas du trou!) et avec une falaise de 75 à 80m de hauteur ( 2,5 fois la hauteur de l’église). Après le réaménagement, avec quelques petits mètres de terre, il restera une belle dent creuse…Et ce n’est pas un merlon de terre qui va pouvoir cacher tout cela!

    – Pour la circulation, les camions de la carrière représenteront une hausse importante (12 à 20%) et non minime du trafic poids lourds actuel. C’est pour cela qu’Eiffage essaie de minimiser le nombre de camions. Sur le dossier que j’ai lu en Mairie, il était indiqué que 50% iraient en direction de Lyon et 50% d’Amplepuis. Mais comme les Valsonnais ont fait remarquer que ceux pour Amplepuis passeraient 2 fois dans le village, maintenant, on nous dit ce sera 100% en direction de Les Ponts Tarrets et Lozanne. Que faut-il croire? cela promet pour l’avenir! Et si les granulats descendaient de St Marcel l’Eclairé(Eiffage) ou Joux(Vinci), le temps et la distance du transport seraient les mêmes et cela nous ferait aucun trafic supplémentaire de poids lourds!
    J’ai entendu dire, aussi, que si la carrière de Valsonne n’ouvre pas on aura les camions qui descendront de Saint Jean La Bussière, j’appelle cela du chantage. Sur le dossier de demande d’ouverture de cette dernière carrière il est noté qu’elle ouvrira pour remplacer celle de Cours, qui est fermé, et avec, même, une production un petit peu inférieure.

    – Il n’a jamais été question de sauvagerie des chauffeurs, mais d’une réalité, sur la RD313 il y a plusieurs endroits où les camions ne peuvent se croiser qu’en empruntant les trottoirs, sur le début de la RD82 les camions ne se croisent pas, au carrefour de la RD313 avec la RD82 il y aura des blocages importants et dangereux et sans parler de la faible largeur de la RD82 et là, pas de réponse ni d’Eiffage, qui peut toujours dire que ce n’est pas de son ressort, ni de la Mairie qui, ne voulait pas communiquer ce soir là. Pourtant les riverains sont des Valsonnais à part entière, il me semble, et leur sécurité avait amené le commissaire enquêteur a émettre des réserves importantes qui conditionnaient son avis favorable.

    -En fait Eiffage sait bien que les Mairies souhaitent toutes avoir de nouvelles rentrées d’argent, donc il fait miroiter quelques dizaines de milliers d’euros, très tentant, je le conçois, pour la commune, mais il faut voir au-delà de cet écran de fumée ! Car Eiffage n’est pas une société caritative ou philanthropique donc s’il paie une redevance non obligatoire, car les camions n’emprunteront pas de chemins communaux, c’est bien pour acheter le silence des Valsonnais. Cette carrière va entrainer beaucoup de frais supplémentaires à la commune et aux contribuables pendant des dizaines d’années, d’ailleurs Mr Charrié-Thollot n’a pas démenti la possibilité, dans 30 ans, d’une nouvelle demande d’exploitation comme cela se fait dans, pratiquement, toutes les carrières.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s